31 mai 2016

Les patronages de jadis dans le Val de Marne !

Retour

Après m’être intéressé à l’histoire des Scouts et Guides de France dans le Val de Marne, je me suis lancé dans l’histoire des patronages de ce même département.

Ces patronages ont démarré à la fin du XIX° siècle, avec une exception pour un patronage de Charenton qui lui, a démarré vers 1860 pour fêter des 50 ans en 1910 !
Puis, progressivement, ces patronages ont donné naissance à de nombreuses associations sportives et culturelles dont certaines sont encore bien vivantes dans le Val de Marne. Ces patronages ont aussi été à l'origine des cœurs-vaillants et âmes-vaillantes, associations qui se sont aussi transformées pour devenir aujourd'hui, en 2014, l'ACE, Action Catholique des Enfants, également présente sur le département.  

Je cherche donc :

Ce que les jeunes ont vécu dans les patronages qui ont fonctionné dans les communes du Val-de-Marne actuel.
Ce que les patronages ont créé à l’époque (associations sportives, culturelles, . . .).
Ce qui subsiste encore aujourd’hui de ces créations (et en particulier les amicales d’anciens).
Les liens qui ont existé entre ces patronages paroissiaux et les patronages municipaux.
Les liens qui ont existé entre ces patronages et les autres associations de jeunesse (cœurs-vaillants, scoutisme, …).
La façon dont ces patronages ont vécu les bouleversements du monde.

Si vous avez des archives, des souvenirs, photos, documents,…

Vous pouvez me contacter :

Bernard Combe
Historien du Territoire du Val de Marne
des Scouts et Guides de France
13 rue des Pommiers
94300 Vincennes
01 48 08 46 40
b.combe@wanadoo.fr

 

     Quelques exemples d'infos anciennes et très anciennes ...
                              (coupures de journaux trouvées aux archives départementales du Val de Marne à Créteil)

On pouvait voir dans le numéro de novembre 1952 du journal de Cachan 
que les âmes-vaillantes faisaient parler d'elle !

La même année, en 1952, les jeunes du patronage Saint-Jean de Vincennes posaient pour une photo
dans la cour du 35 rue Mirabeau (on en compte plus de 170 ! )
et parmi eux, il y avait pas mal de cœurs-vaillants.
(on pourra voir ci-dessous plusieurs photos prises exactement au même endroit plus de 30 ans plus tôt ! )

Dans le numéro d'avril 1928 du journal Le Michaël, bulletin paroissial de Saint-Pierre de Charenton, on pouvait lire que dans une réunion du Cercle des Etudiants, une présentation du scoutisme avait été faite devant les jeunes. Cela se passait 5 ans avant le démarrage de la troupe 1ère Charenton.

et dans le numéro de novembre 1928 du journal La Voix du Clocher,
 journal de la paroisse Saint-François de Sales de Saint-Maur,
 on apprenait que les 2 patronages faisaient appel à la générosité des paroissiens.

Le numéro de janvier 1922 de l'Echo paroissial d'Ivry-centre et Petit-Ivry 
nous apprenait que la paroisse d'Ivry sur Seine s'était bien organisée pour acueillir les jeunes !

 

Dans le numéro d'avril 1914 du journal Le Clocher, organe de la vie paroissiale de Fontenay sous Bois,
 on pouvait lire les noms des deux patronages présents sur la paroisse Saint-Germain de Fontenay sous Bois :
 le patronage Jeanne d'Arc pour les garçons et le patronage Saint-Joseph pour les filles.

Et pendant la guerre de 14-18, les patronages ont continué.
Ces patronages étaient considérés par les jeunes comme une seconde famille dans laquelle ils aimaient se retrouver, et, alors qu'ils étaient sous les drapeaux, à chaque permission, ils se précipitaient dans les locaux du patronage qu'ils avaient connu étant plus jeunes. On peut voir ci-dessous quelques permissionnaires qui étaient contents de se retrouver en 1916 au 35 de la rue Mirabeau à Vincennes, c'est-à-dire au local qu'ils avaient connu lorsqu'ils faisaient partie de ce  patronage (il faut dire que c'était l'adresse du patronage depuis 1898, date de création du patronage).
(Photos extraites du Fonds Maurice Cordier entreposé aux archives départementales du Val de Marne à Créteil)

Quelques jeunes du patronage Saint-Louis de Vincennes en 1916 au 35 de la rue Mirabeau.
Ces jeunes étaient donc en contact avec les anciens qui revenaient du front.

A Fontenay sous Bois, le patronage Jeanne d'Arc était également très dynamique en 1913 !

Le numéro de janvier 1912 du Petit Semeur de Gentilly 
rappelait que les jeunes du patronage avaient apprécié la séance de Guignol !

Le journal Le Messager paroissial de Villecresnes, dans son numéro de février 1910,
 nous donnait des nouvelles des deux patronages :

et dans son numéro de février 1900, le journal La Cloche, organe des oeuvres catholiques du Kremlin-Bicêtre, 
mentionnait le concours auquel différents patronages de la région  avaient participé. 

        Et en remontant encore dans le temps, on va trouver les premiers patronages qui ont été ouverts dans le Val de Marne actuel : les 6 premiers ont été ouverts à Gentilly en 1858, à Charenton l'année suivante (patronage qui fêtera ses 50 ans en octobre 1910), Vincennes en 1874, Ivry en 1888, Le Perreux  et Maisons-Alfort en 1890. Et ces 6 patronages étaient des patronages de filles ! Le premier patronage de garçons ne sera ouvert qu'en 1894 à Maisons-Alfort. Et à partir de cette date, des patronages ouvriront progressivement à peu près dans toutes les paroisses (le Kremlin-Bicêtre en 1894, Nogent sur Marne en 1895, Alfortville et Saint-Maur en 1896, Vincennes en 1898, etc ...).

     Très vite, les patronages ont donné naissance à de nombreuses associations sportives partout en France et en particulier dans le Val de Marne actuel, associations très dynamiques qui faisaient partie de la Fédération Gymnastique et Sportive des Patronages de France (fédération qui existe encore aujourd'hui sous le nom de Fédération Sportive et Culturelle de France). On pourra voir ci-dessous un compte-rendu publié dans le numéro de juillet 1921 du journal "Les Jeunes", journal de cette fédération, d'un concours de gymnastique qui s'est tenu au Parc des Princes, concours qui avait réuni 5.500 gymnastes ( et 800 tambours et clairons ! ) , auquel participaient des jeunes des 9 associations sportives du Val de Marne suivantes :

La Saint-Louis de Vincennes.
l'Avenir de Gentilly.
Le Michaël-Club (Charenton).
l'Association Sportive Saint-Maurice du Perreux.
la Sportive d'Ivry-Port.
les Croisés du Parc Saint-Maur.
Saint-François de Sales d'Adamville.
L'Association Saint-Germain de Vitry.
La Jeanne d'Arc Sportive Fontenaysienne.

      Parmi ces association, on peut remarquer que certaines d'entre elles existent encore en 2014 ou ont été à l'origine, avec d'autres associations, d'associations actuelles qui ont des noms différents. C'est le cas  de l'Association Saint-Maurice du Perreux ou encore du Basket Athletic Club de Vincennes dont l'origine est l'Association Sportive Saint-Jean de Vincennes qui faisait suite en 1971 à la Saint-Louis de Vincennes (voir ci-après).

 

A ce grand rassemblement, devaient participer les gymnastes ( et les jeunes musiciens qui les accompagnaient)
 de la Saint-Louis de Vincennes (qui s'appellera la Saint-Jean de Vincennes quelques années plus tard),
 ici photographiés en 1920 devant le gymnase du 35 de la rue Mirabeau à Vincennes.
On pourra remarquer la tenue des gymnastes de l'époque.
(Photo extraite du Fonds Maurice Cordier entreposé aux archives départementales du Val de Marne à Créteil)

Et dans le numéro du 3 juillet 1921 de la Gazette de l'Est,
 on apprenait en effet que la Saint-Louis de Vincennes
 allait participer à ce grand rassemblement

et 2 ans plus tard, en 1924, le même journal Les Jeunes nous apprenait qu'un rassemblement analogue avait été organisé à la Courneuve le 15 juin 1924. A ce concours, participaient les associations du Val de Marne suivantes :

la Sportive d'Ivry-Port
le Réveil d'Ivry Centre
la Saint-François de Sales d'Adamville
la Saint-Louis de Vincennes
la Jeanne d'Arc Sportive Fontenaysienne
la Saint-Charlemagne d'Alfortville

et on peut remarquer qu'à ce rassemblement, il y avait moins de gymnastes (4500 au lieu de 5500)
 mais plus de tambours et clairons (900 au lieu de 800) ! 

         Et dans le numéro du 20 juin 1924 du Journal La Gazette de l'Est,
 
on pouvait encore lire que la Saint-Louis de Vincennes
 avait participé à ce rassemblement du 15 juin 1924

 

Et puis, quelques années plus tard, dès 1929, un journal destiné aux jeunes des patronages, eut un grand succès partout en France et à l'étranger : ce fut le journal Cœurs-Vaillants qui fit en particulier connaître Tintin !

On trouvera ci-dessous un extrait de la bande dessinée d'Hergé paru dans le numéro du 13 décembre 1936 du journal Cœurs-Vaillants.
(
cette bande dessinée, initialement publiée dans ce journal ressortira plus tard, en couleurs,
 sous la forme d'un album sous le nom de Lotus Bleu)

 

        Et dès 1936, ayant constaté le succès du journal, ses responsables lancèrent le mouvement Cœurs-Vaillants qui connut aussi un grand succès en France, à l'international, et en particulier dans le Val de Marne,  et peut donc être considéré comme la "suite" des patronages.

Ce mouvement a ensuite évolué et est devenu l'ACE (Action Catholique des Enfants) qui existe aujourd'hui sur le diocèse de Créteil.

 

 

Pour info, on trouvera ci-dessous la liste des associations sportives
 qui ont pour origine  des patronages du Val de Marne
 et qui existent aujourd'hui en 2016.

 

Associations sportives opérationnelles en 2016
et qui ont pour origine des patronages :

 

L’ASMP (Association Saint-Maurice du Perreux) créée en 1903 et qui a fêté ses 100 ans en 2003.

La Lorraine de Saint-Mandé créée en 1908.

Le CSAKB (Club Sportif et Athlétique du Kremlin-Bicêtre) créé en 1964 (40 ans en 2004) 
                 à partir  de l'AJK (Association des Jeunes Kremlinois) qui avait pour origine le patronage de la Sainte Famille.

La JAMA (Jeanne d’Arc Maisons-Alfort) créée en 1913 (100 ans en 2013).

La "Saint-Charles Basket Ball"  qui a pour origine la "Saint-Charles de Charenton Saint-Maurice" elle-même résultat de la fusion en 1960 de la "Saint-Charles  d’Alfortville" et du "Mickaël-Club" de Charenton.

L'US Alfortville Basket Ball qui a aussi pour origine la Saint-Charles d'Alfortville.

Les Faisans du Parc, Villeneuve le Roi, créés en 1924 et qui ont fêté leurs 70 ans en 1999.

Le SMUS (Saint-Maur Union Sportive) de Saint-Maur résultat de la fusion en 1967 de "l’Association Sportive Saint-Nicolas" (créée en 1927), des "Amis de la Jeunesse d’Adamville" (créés en 1953) et de "l’Union Sportive de La Varenne".

Le COC (Club Olympique de Cachan), résultat de la fusion en 1988 de la "Saint-Jean de Cachan" et de Cachan-Sport.

Le BACV (Basket Athlétic Club de Vincennes) qui a pris la suite en 1971 de "l’Association Sportive Saint-Jean de Vincennes" laquelle avait pour origine la "Saint-Jean-Sport" qui était, depuis 1927, le nouveau nom de la "Saint-Louis" (changement de nom rendu nécessaire suite à la mise en service cette même année de l’église Saint-Louis de Vincennes).  

L'Élan d'Arcueil créé en 1934 qui a fêté ses 60 ans en 1994.

 

        On peut enfin rappeler que les patronages paroissiaux, tout comme de nombreuses associations de jeunesse, ont organisé à certaines époques des cours de préparation militaire. Il faut dire qu'a la fin du XIX° siècle, le souvenir de 1870 était encore dans tous les esprits. 

Dans le numéro de juillet-août-septembre 1938
 du journal Le Michael, journal du patronage de Charenton appelé le Michaël-Club,
(on peut voir que le patronage était bien équipé ! )

Sur le même sujet, dans le numéro du 28 octobre 1928 de la Tribune Cantonale,
 on pouvait voir que les séances de préparation militaire se déroulaient au 35 de la rue Mirabeau à Vincennes,
et que cela était gratuit ! :

        On peut même rappeler qu'en mars 1940, le colonel commandant le Parc Régional de Réparation et d'Entretien du Matériel de Vincennes s'interrogeait sur les armes qui avaient été prêtées à la Lorraine de Saint-Mandé pour ses cours de préparation militaire (association sportive créée par le patronage de la ville, le Rayon de Saint-Mandé) et demandait leur restitution. Et le mois suivant, le président de l'association sportive répondait que les deux fusils (modèle 1907-15) avaient été remis à la gendarmerie de Saint-Mandé le 2 septembre 1939 !


Retour sur les patronages qui ont existé sur Vincennes et Saint-Mandé,
article paru dans le numéro d'avril 2015 du journal Regards,
journal du secteur pastoral Vincennes-Saint-Mandé

L’article présenté ci-dessous a dû se limiter pour tenir sur deux pages du journal. Il n’a donc pas pu rappeler les actions de deux personnalités qui ont marqué la vie des jeunes dans ces deux patronages.

       Il s’agit d’abord du père Maurice Cordier qui est arrivé sur Vincennes en 1952 après s’être occupé de 1946 à 1952 des cœurs-vaillants de Maisons-Alfort. Il a alors animé sur Vincennes le patronage Saint-Jean ainsi que les associations sportives associées, et c’est lui qui est à l’origine de la construction en 1963 de la chapelle Saint-Jean Sainte-Thérèse de la rue Mirabeau, chapelle qui remplaçait une ancienne chapelle devenue trop petite, la nouvelle comportant même, dès l’origine, au sous-sol, les locaux destinés au groupe Scouts et Guides de France, le groupe Jacques Deschamps de Vincennes.

         Il s’agit enfin de Pierre Grach qui, à partir de 1931, a été l’animateur du Rayon de Saint-Mandé et directeur de la Lorraine de Saint-Mandé pendant de nombreuses années, proposant aux jeunes de nouvelles activités sportives ou non comme par exemple la fabrication de modèles réduits.

 

     Pour information, si vous êtes intéressé par l'histoire du patronage de Gentilly, patronage appelé l'Avenir de Gentilly qui a reçu des jeunes entre 1905 et 1960, vous êtes invité à consulter le site internet qui lui est dédié à l'adresse http://avenirgentilly.free.fr

Retour